Le CNC forme les journalistes du Grand Nord sur la responsabilité sociale en période de conflit

 

 

family pic ngaoundere

Dans le cadre des activités marquant la Journée Mondiale de la liberté de la presse, le Vice-président du Conseil National de la Communication, M. Peter Essoka a présidé le 06 mai 2015 à Ngaoundéré dans la région de l’Adamaoua, un séminaire au cours duquel plus de soixante professionnels des médias de la partie septentrionale du Cameroun ont été formés sur la responsabilité sociale du journaliste dans la collecte et le traitement de l’information en période de conflit.

 

 

L’initiative, saluée par les journalistes et le Gouverneur de l’Adamaoua, M. Abakar Ahamat, a également été une occasion pour les professionnels des médias et le public des régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord de découvrir le CNC dans son évolution récente et à travers quelques-unes de ses activités.

Dans son propos préliminaire, M. Peter Essoka, qui a demandé d’observer une minute de silence pour rendre hommage aux soldats et civils morts dans le champ de bataille, a déclaré que la liberté immodérée de la presse, particulièrement en période de conflit, pouvait mettre la société en péril.

Compte tenu de ce qui précède, le Vice-président du CNC a invité les professionnels des médias à faire de la vérité un crédo, à cultiver l’honnêteté et la franchise dans leurs critiques, à fonder leurs reportages sur des sources crédibles, à traiter les informations avec impartialité et à refuser «la  logique du gombo » pour satisfaire des personnes de mauvaise foi voulant publier ou étouffer certaines informations.

Dans son exposé sur « La responsabilité sociale du journaliste dans la collecte et le traitement des informations en période de conflit », Eric Benjamin Lamere, journaliste à la Crtv et spécialiste de la couverture des conflits armés et principalement la guerre contre Boko Haram, a indiqué que le journalisme va au-delà des faits reportés. C’est avant tout le « fond » et la « forme » des reportages, ce qui implique la sélection, la responsabilité et même les normes élevées de l’éthique et des principes, surtout lorsqu’il s’agit de couvrir les conflits.

Le Vice-président du CNC a lancé un appel aux journalistes à chercher à mieux comprendre les conflits, à s’armer d’outils d’évaluation et des techniques basées sur une approche analytique pour mieux traiter l’information notamment en période de crise.

M. Peter Essoka a ensuite estimé qu’une telle démarche soutiendra les notions d’équilibre, d’impartialité et d’exactitude dans le traitement et la collecte de l’information sur les conflits.

Avant le séminaire, la délégation du CNC a visité les 4 et 5 mai 2015 les entreprises du secteur médiatique de la région de l’Adamaoua. Il s’est agi de Radio Campus, Radio Annour, Radio Bonne Nouvelle, Agence régionale de la SOPECAM, DBS, Le Jour, L’Œil du Sahel, fadart.info, CRTV Adamaoua, Radio la Distinction, Radio Sawtu Linjila et l’association des câblodistributeurs de la ville de Ngaoundéré.

La délégation du CNC était composée du Vice-président du CNC Peter Essoka, du Secrétaire Général Pr. Jean Tobie Hond, des Membres du Conseil Jean Bruno Tagne et Alfaki Abdourahman et de quelques collaborateurs du Secrétariat Général.

French (Fr)English (United Kingdom)

Traitement des plaintes

Portail sur le séminaire

Sondage

Vous avez regardé le spot de sensibilisation à l'endroit des professionnels des médias émis par le Conseil Nationale de la Communication. L’avez-vous trouvé :
 

Compteur de visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
20
Hier :
273
Semaine :
293
Mois :
4831
Total :
370703
Il y a 3 utilisateurs en ligne
-
3 invités